Avertir le modérateur

16/05/2015

Ruquier ne visitera plus jamais Palmyre

Ruquier (Laurent),Fourest (Caroline),Palmyre,courage,télévisionLaurent Ruquier manie le paradoxe. D'un côté, il vit à la romaine, en servant la soupe couché. De l'autre, il se fiche pas mal de la montée en puissance des nouveaux maîtres du monde, les hordes d'iconoclastes dirigés par un big brother à turbans. Quelques rares intellectuels, journalistes, philosophes, tentent vainement d'alerter le monde libre sur un destin promis, une fin des temps en mode 476, à défaut de courage.

Laurent Ruquier regrette d'avoir donné la parole à certains, il promet, une main tremblante sur le coeur, qu'il ne les invitera plus jamais sur son plateau, préférant sans doute roucouler avec la caste politique dont la probité et le courage ne sont pas les valeurs les plus évidentes, ou avec de sympathiques saltimbanques, pleins d'une sidérante fraîcheur d'esprit pour les uns, ou vide de toute logique en des temps de naufrage sur les récifs de l'âge.

Laurent Ruquier, seul maître à bord, navigue sur le porte-container des idées reçues. Il ne transporte plus le moindre colis de rébellion, la moindre caisse de pensée.

Charlie repose en paix. L'humour est entre les mains des collaborateurs d'un animateur qui s'écoute. Caron tourne rond dans ses certitudes et ses amitiés. Versailles nous est conté.

Entre deux calembours vermoulus et vermotiens et trois courbettes rigolotes, il nous rappelle qu'est arrivé le temps où l'on est définitivement couché.

16/02/2010

L'inspecteur Columbo brutalement devenu muet

SAUVION Serge 02 Modif.jpgL'inspecteur Columbo est un héros qui a de la gueule et une voix. Avec son imper à la Borloo et sa voiture française, il harcèle les criminels, généralement bourgeois et suffisants, avec ses questions insistantes, quasi maïeuticiennes, et ses comebacks stressants ("Ah, j'allais oublier...").

Si le visage de Peter FALK, taillé au couteau, Cassavetien, est un des points forts de cette série policière télévisuelle, la voix française, celle de Serge SAUVION, est également essentielle pour donner au personnage de l'inspecteur mal payé un charisme et une force intérieure, celle de la loi sur le crime, malgré l'argent et le pouvoir.

Cette voix ironique colle avec magie au regard pétillant de Peter FALK.

Pour le téléspectateur français, Peter FALK et Serge SAUVION ne formaient qu'un même homme.

Serge SAUVION vient de s'éteindre à l'âge de 80 ans.

Celui qui fut aussi comédien dans son propre corps, commissaire de police dans l'inoubliable film de Georges LAUTNER, "Ne nous fâchons pas", restera immortel avec sa voix unique et familière, celle au surplus partagée par Jack NICHOLSON et Richard BURTON.

Ah, j'oubliais, Serge SAUVION avait lui aussi une belle gueule.

Chapeau l'artiste.

29/10/2009

La beauté cachée de Katsuni

Sisyphe-Katsuni.jpgUne jeune-fille élégante et raffinée, surnommée Katsuni, était ce soir-là interrogée par un Laurent Ruquier, Monsieur Loyal du cirque télévisuel du samedi soir.

J'avais vaguement entendu parler d'elle. Il faut dire que mon abonnement à Canal Plus avait expiré depuis fort longtemps et que je n'avais jamais eu le courage de mettre les pieds, et le reste du corps, dans un magasin de films cochons.

Ayant aperçu la bande-annonce de l'émission, je m'en fus préalablement poser mon regard curieux et dépourvu de toute lubricité, compte tenu de mon âge avancé, sur les pages de l'internet.

L'actrice arborait certes une plastique irréprochable, sauf à regretter le temps d'avant le silicone d'intérieur, et son visage rayonnait d'une beauté métissée, originale, manganienne et sublime.

Mais les photos... Ces tristes photos d'action horizontaliste, ces maquillages outranciers, ces poses banales, ces mimiques mille fois surjouées, tout cela rendait la chair presque déprimante, alors même que je n'avais pas encore fini de lire tous les livres.

Puis vint l'émission, avec son lot de calembours coquins qui font honneur au service public.

Après le départ d'une femme blonde très autoritaire, manifestement politique, ce fut le tour de parole de Katsuni.

Autant les belles femmes idiotes deviennent laides dès qu'elles ouvrent la bouche (comme disait misogyniquement Philippe Bouvard à propos d'une ex candidate à l'élection présidentielle corrézienne), autant Katsuni, l'oeil vif et l'intellect habile, n'en devenait que plus belle, plus lumineuse, faisant oublier les photographies glauques du passé et les questions lourdingues du présent.

Pour un Empire des sens, il existe des milliers de daubes en 24 images seconde issues d'une industrie dont la seule honte c'est qu'elle est écartelée entre le tartuffisme ambiant et la main-mise corrélative de nombreux tâcherons.

Mademoiselle Katsuni, je vous adresse l'expression de mon admiration platonifique.

Je n'irai sans doute pas voir vos films, mais votre intelligence et votre beauté m'auront, pour quelques instants, fait oublier la tristesse des lucarnes lumineuses.

11/04/2009

Bernard PIVOT, incorruptible et pète-sec

sisyphe-bernard-pivot.jpgPierre PERRET composa jadis une chanson en l'honneur de son copain Bernard PIVOT. Ce dernier bougonna qu'il espérait une chanson de meilleur niveau. Cette réflexion, peu amène mais bigrement sincère, illustrait bien la personnalité entière de ce spécialiste de la littérature, l'un des rares qui n'ait pas voulu lui même écrire, en dehors d'un ouvrage sur le football.

Tous les vendredis soir, il donnait l'envie de lire à ceux qui regardaient la télé, mélant l'enthousiasme et la franchise, pressant les bavards de conclure sur leur temps de parole, épaulant les Modiano, réinvitant les d'Ormesson, risquant les Bukoswski et les Soljenitsine, et ouvrant la lucarne à d'éphémères mais sincères plumophiles.

On l'imagine arbitrant aujourd'hui, avec autorité, le délibéré camomillé d'un prix connu, entre vieux renards de salons, aux desseins presque aussi compliqués que le style de Proust.

Quelques bons journalistes ont pris sa suite depuis la fin de ses oeuvres audiovisuelles (Olivier BARROT en tête, pour le format de poche).

Mais Pivot reste à jamais irremplaçable à l'heure où la littérature va subir le sort aveugle du piratage dès que les nouvelles technologies du livre auront envahi les foyers de citoyens en état de souplesse avec le non respect des droits d'auteurs.

Les download et autre clicks n'auront jamais le charme de l'esprit d'un tel Monsieur Loyal.

Merci Bernard.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu