Avertir le modérateur

21/05/2009

Mort aux artistes !

Murillo.jpgIl fut un temps, pas si lointain, où les artistes étaient respectés.

Le peintre pouvait fort bien n'intéresser personne de son vivant, puis grandir en traversant le Styx, mais lorsqu'on voulait accrocher l'une de ses toiles sur les murs de son loft, on l'achetait.

L'amateur de rock'n roll économisait sur sa paie hebdomadaire pour s'offrir le dernier Gene Vincent.

La vente est un contrat synallagmatique. L'auteur fait un effort de création, travaille dur pour affirmer son talent, investit du temps, de l'argent, avant de créer son oeuvre et de la présenter au public. En échange, celui qui veut faire entrer l'oeuvre chez lui rémunère l'artiste.

L'industriel fait la même chose et cela n'a jamais ému personne.

Le consommateur moyen ne discute pas lorsqu'il veut se chausser de la dernière paire de baskets à la mode. Il est finalement assez rare qu'il procède à une soustraction frauduleuse.

C'est l'avantage de l'objet matériel. Sa valeur est compréhensible pour un cerveau moyen. La justification de son prix se déduit aisément du travail fourni pour produire l'objet.

Or, avec l'avènement d'internet, la valeur de la création artistique n'est plus comprise par personne. Certains tartuffiques hurlent que l'oeuvre d'art est un bien commun. La source de leur ignorance vient simplement de la facilité avec laquelle on peut voler l'objet artistique, la chanson, le film et bientôt le roman.

Ces esprits, somme toute assez superficiels, doivent essuyer un petit soupir, à la vue de ces chanteurs qui crèvent dans le métro avec leur vieille guitare mal accordée, de ces peintres qui squattent et qui, entre deux petits boulots, n'ont plus le temps de travailler leurs oeuvres.

Ces esprits doivent également trouver juste de payer à prix d'or des gadgets pseudo culturels, sonneries et jingles, pets musicaux de 4 secondes, alors que le dernier film, qui a mobilisé des centaines de comédiens et techniciens du cinéma, va se vautrer après que les spectateurs l'aient tranquillement téléchargé sur un pitoupi.

Pendant ce temps, de sombres organismes vont protéger de la copie des oeuvres moyennageuses, des données publiques (les textes de la loi, les connaissances de la géographie, les arbres copyrightés de la généalogie...etc).

On vole puis on monopolise, et l'on fait payer ce qui est réellement le bien public, et cela n'émeut personne.

Il reste juste à se poser la question de savoir qui est l'auteur de ce système où l'on détruit la création artistique, le talent, et où l'on favorise l'émergence d'une société oppressante où il faudra payer pour prendre un volcan auvergnat en photo, voire même pour y jeter un coup d'oeil, alors qu'en revanche, on pourra, sans problème, piller l'atelier d'un peintre de génie.

L'auteur de ce système décadent, c'est tout le monde, c'est personne.

Mort aux artistes !

 

 

05:16 Publié dans Codiciles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : artistes, art, auteur, droit

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu